DÉCOUVERTE // Morgan Le Cam. kit kat Full view

DÉCOUVERTE // Morgan Le Cam.

Plongez dans l’univers de Morgan Le Cam, une artiste plasticienne inspirée par la culture Hip-Hop et le monde qui l’entoure. Découvrez son interview ci-dessous.

GRBR: Nous t’avons rencontré cet été au salon des activistes du Hip-Hop dans le cadre du festival PHH, peux-tu te présenter en quelques mots ?

MLC: Oui en effet, je participe au Salon des Activistes Hip-Hop organisé par Esprim depuis 2013. Je suis artiste plasticienne. Mes projets sont inspirés par la culture Hip-Hop et l’univers des abeilles. Nous pouvons voir dans mes travaux des empreintes à la sociologie, à la littérature, à l’histoire de l’art, du cinéma, de la musique, de la danse et à la mode. J’utilise les formules du dessin, de l’installation, de la couture, de la peinture, de la sculpture, du texte, du dessin vectoriel et de la broderie dans le but de transmettre et de partager.

GRBR: Tes oeuvres nous ont particulièrement plu, surtout la série sur les abeilles peux-tu nous dire ce qui t’inspires à créer ?

J’ai commencé la série Vos Doux Cercles lors de ma résidence à Moncontour, un village médiéval situé dans les Côtes D’Armor. Le médiéval touche le «merveilleux» les «êtres mixtes», «mi-homme mi-bête», «les étrangetés» et «les hommes sauvages», tous repoussés de la «culture savante». Cette série de dessins au feutre raconte des scènes de danses collectives. Les personnages sont «mi-hommes mi-abeilles». Ils dansent autour ou dans le cercle. Ils nous amènent à des danses traditionnelles collectives différentes mixées avec des danseurs de la scène Hip-Hop d’aujourd’hui. Le cercle est l’espace commun. A la manière de Bruegel et son dessin Les Apiculteurs nous ne voyons pas les visages des personnages. Bruegel a été séduit par ces hommes et par l’idée qu’il pouvait en eux montrer des êtres anonymes dans une époque ou la glorification de l’individu ne l’intéressait pas. L’ idée de la série est liée a ce que je peux nommer l’histoire de l’art du mouvement artistique et culturel qu’est le Hip-Hop. Les références de cette série passent aussi par Katherine Dunham, Maya Deren, Janelle Monáe ou l’imaginaire du Wu Tang Clan. Je regarde l’oeuvre de Léon Bakst depuis longtemps. Des analogies se créent. Linda Hayford (danseuse) a d’ailleurs écrit un texte sur la série Vos Doux Cercles, dont elle fait partie, avec son regard de danseuse. Linda écrit qu’elle voudrait voir ses personnages se rencontrer en réalité. La magie de la vie a fait que quelques semaines après avoir écrit le texte, elle a partagé une très belle rencontre avec Martha Nabwire (danseuse), un autre personnage que l’on retrouve sur papier, lors du I Love This Dance All Star Game en 2013. Cette série me porte bonheur et lorsque je la montre les interprétations des personnes sont riches de différences et me motivent à l’enrichir.

GRBR : Quand est-ce que tu as commencé ton travail d’artiste ?

MLC: Ma démarche artistique a pris son sens lors de ma 5 ème année à l’ Ecole Supérieure d’Arts de Quimper. Après mon diplôme en 2010, j’ai continué à produire. J’ai commencé exposer, a participer à des projets, a rencontrer des personnes passionnées en toute simplicité.

GRBR : Quelle place occupe le Hip Hop dans ta vie au quotidien ?

Dans la vie il est battement, il en est le coeur. C’est un lieu ou il est bon de vivre. Il est mouvement, bouge, évolue. Nous pouvons y voir des valeurs humaines, des cultures, des idées, de la pluridisciplinarité, des repères, des transmissions diverses, des identités, de la transversalité, de l’éducation, des discussions, du respect, de la géographie, du lien, des humeurs, de l’histoire, du partage, de l’ensemble, des différences. Il oriente et même dans plusieurs corps de métiers. Dans mon travail, je me nourrit grâce a lui, je tente de montrer des choses positives contemporaines face aux normes d’un pays gardant sous ses deux coudes l’entretien des stéréotypes, un pays privilégiant la sélection et l’inégalité. Le Hip-Hop est un bel arbre qui pousse, il donne de nouvelles branches et il est très riche de ses fruits.

queenlatifahmclyteetlabeillemorganlecam

GRBR : Est-ce qu’il y a un artiste avec lequel tu souhaiterais travailler ?

MLC: Il y en a beaucoup… Mais je dirais spontanément avec le comédien Youssef Diawara. Il connaît le projet, je lui en ai fait part. Il faudrait juste que je ressorte mes longues recherches autour du sweat à capuche, un élément qui habille beaucoup de mes travaux, et que je réinvestisse l’écriture.

GRBR: Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

MLC: En ce moment j’entame une série de dessins et d’installations nommée Le Chant des Abeilles. L’idée est venue suite à mes recherches sur le rapport entre l’humain et l’abeille et d’une de mes dernières lecture L’âne et l’abeille de Gilles Lapouge. Elle est arrivée par des cueillettes d’images, des phrases et de Marguerite. Il est question plus de musique cette fois et cela va s’entremêler avec du tilleul… l’arbre utilisé pour faire des instruments de musique, l’arbre donnant des fleurs dont raffolent les abeilles.

Clindœilrachelclaudiomorganlecam

GRBR: Quels sont tes prochains projets ?

MLC: J’ai participé auSalon des Activistes Hip-Hop, dans le cadre du Festival Terre(s) Hip-Hop, les 21 et 22 février derniers au Canal 93 à Bobigny. J’ai d’autres événements à venir en 2015. Je suis partenaire depuis 2014 des PYT ! Pretty Young Things, une agence de communication, un laboratoire créatif qui a pour but de promouvoir les femmes dans la culture Hip-Hop crée par Estelle Ebenga. Nous inventons des projets ensemble.

GRBR: Et si tu n’étais pas artiste que ferais-tu ?

MLC: Je pense que je serais chercheuse. Remarque, je le fais déjà quand même. J’adore chercher, me documenter, apprendre, comprendre, montrer des liens qui existent alors que chez l’autre cela paraît improbable, partager et écrire. Ou sinon je peux dire «cactusiaire succulenteuse» professionnelle…etc.

Liens :
http://morganlecam.wix.com/morganlecam
http://base.ddab.org/morgan-le-cam

Written by Estelle

Community Manager dans le menswear. Passionnée par la culture Hip-Hop. Danseuse à mes heures perdues et sosie de Beyoncé de dos, dans le noir. J’aime la musique , les Pringles originals, le Fanta à l’orange, les burgers, le nougat, le pecorino... et la série Berverly Hills (sauf Kelly Taylor) !