• Home  /
  • Interviews   /
  • Groovy Interview : Clear Soul Forces de passage à Paris.
Groovy Interview : Clear Soul Forces de passage à Paris. CSF-GB Full view

Groovy Interview : Clear Soul Forces de passage à Paris.

Le groupe de Detroit Clear Soul Forces était de passage à Paris pour leur tournée européenne «Gold PP7s». Entre une séance de shopping à Wrung® Store et un shooting dans les rues de Châtelet, L.A.Z, Noveliss, E-Fav et Ilajide répondent à nos questions…découvrez  l’interview intégrale sur notre compte soundcloud.

C’est avec plaisir que nous avons rencontré les quatre membres du groupes Clear Soul Forces, après Toulouse, Caen, Orléans ou encore Lille, Noveliss, Ilajide, L.A.Z et E-Fav s’arrêtent à Paris pour une séance de shopping chez leur sponsor Wrung® Division.

Pas de concert prévu sur la capitale, juste un petit repos avant de reprendre la route pour l’Allemagne. Après les avoir découvert il y a un peu près deux ans sur leur premier projet « Clear Soul Radio », le groupe a bien mûri et revient en Europe pour leur second album «GoldPP7’s» sorti en septembre dernier.

©Toma Abuzz

Groovy Brain : Que signifie«GoldPP7s»? (et non «Gold7PPs» que je n’arrête pas de répéter…).

Noveliss : «GoldPP7s» vient d’un jeux vidéo Golden Eye, c’est l’arme la plus dangereuse du jeu. En un seul coup elle tue tout sur son passage, c’est comme nous, tout ce que nous faisons, nous le faisons en une seule fois c’est du « One shot kill ». Quand Ilajide crée ses beats ou quand nous écrivons nos lyrics, tout ce qu’on le fait, on le fait à fond.

Groovy Brain : Je vous suis depuis «Clear Soul Radio» et aujourd’hui vous faîtes le tour de l’Europe, comment ressentez-vous l’évolution ?

L.A.Z : Ça me rend heureux, de voir cette progression… Nous avions enregistré «Clear Soul radio» en une seule prise dans un studio chez notre manager, et aujourd’hui nous sommes là…ça me donne le sourire.

C’est une vrai leçon de vie et j’ai encore «Clear Soul Radio» chez moi, je l’écoute toujours  ! On a beaucoup travaillé pour en arrivé là et je ne me plaindrai jamais, de la distribution d’EP lors de festivals ou encore la rencontre avec Royce… tout ce qui nous arrive est une bénédiction !

Groovy Brain : Vous êtes toujours en contact avec Royce da’ 59 ? 

Noveliss : On se parle pas tout le temps, on se tweet de temps en temps… c’est plus une relation professionnelle.

©Toma Abuzz

Groovy Brain : J’ai vu sur votre page Facebook la définition de Clear Soul Forces est «CSF is…the answer to everything that you ever questioned about hip hop», qu’est ce que cela signifie ? 

L.A.Z : C’est moi qui est écrit cette phrase.

Ilajide : Nous sommes la réponse à ce que tu recherches. Nous avons des beats, des rimes, de la soul, de l’agressivité…Nous avons tout ce que tu recherches dans le hip-hop, et c’est ça qui est bon.

Nous ne faisons pas de la merde, nous faisons du hip-hop, du BON hip-hop…nous mélangeons toutes les bonnes choses du hip-hop des années 90, avec ce qui se fait de mieux aujourd’hui.

Groovy Brain : Tout le monde dit que Clear Soul Forces est du «real hip-hop», et on vous compare à des groupes comme Slum Village et A tribe Called Quest…  ? 

Ilajide : Je pense que je vais laisser tout le monde répondre à cette question. Moi ça ne me dérange pas, c’est plutôt cool même; mais nous n’essayons pas de faire « du Slum Village » ou « du ATCQ ». Il n’existe pas d’autres groupes comme nous, les quatre membre de CSF savent tous rapper, il n’y a pas de maillon faible… même Slaughterhouse (ndlr avec Joe Budden, Royce da 5’9″, Joell Ortiz et  Crooked I) n’est pas comme ça. C’est juste que nous sommes un groupe composé de trois ou quatre  membres comme eux. En ce qui concerne mes influences je dirai que mon top 5 est est Redman, J. Dilla, Q.Tip et  Busta Rhymes.

Noveliss : Comme Ilajide l’a dit, ça ne me dérange pas d’être comparé à d’autres groupes, au contraire c’est un honneur. Les gens ont toujours tendance à te comparer quand tu fais les choses bien, mais nous avons notre propre style, un style qui n’a pas été fait auparavant. Pour mon top 5 ce serait : Black Dogg, Eminem, Redman, Nas, RZA.

L.A.Z : C’est cool d’être comparé à eux, mais bon…ça ne me touche pas plus que ça, ça ne veut pas dire que je n’aime pas ces groupes au contraire, mais je vais pas devenir tout hystérique car on me compare à eux…. Pour mon top 5 ou mon top MCs, je dirai : André 3000, Big Boi, Mos Def, Q.Tip,  T.I et Blu.

E-Fav : Pour mon top 5…j’ai une longue liste mais bon je dirai Eminem, 2 Pac, Jay-Z, J.Dilla et Madblib.

©Toma Abuzz

Groovy Brain : J’aime beaucoup le morceau «Freq freq» (à prononcer « Fric Fric ») avec Kooley High, comment vous vous êtes rencontrés ?

Noveliss : Ce sont nos potes, on rencontre tellement de gens pourris dans cette industrie que le courant est passé tout de suite. C’est une relation amicale avant tout, on s’est rencontrés lors d’un concert dans le sud des USA et ensuite nous nous sommes revus à Brooklyn. Ils se sont occupés de nous, on a dormi chez eux…ça s’est fait simplement.

Ilajide : Spécial message à Foolery « SEND US THAT DAMN SONG » (je ne fais que passer le message).

Noveliss: Le morceau «Freq Feq», s’est fait par hasard. C’est moi qui ai écrit le refrain «We freaking your frequency, frequently» (Aidez-moi pour la traduction, «On fait péter ta fréquence?», «On fout le dawa» en gros non?), on s’amuse c’est tout… À la base le morceau devait s’intitulé «Freak Freq» mais ça ne le faisait pas…

YouTube: please specify correct url

Groovy Brain : Que pensez-vous de la scène hip-hop aujourd’hui ? 

Noveliss : Il faut creuser pour trouver du bon son, la scène underground est vraiment bien. Mais tout ce qui passe à la radio est nul ! À Détroit, il ne passe pas de hip-hop à la radio. Nous ne passons pas à la radio, et c’est dommage il ne passe que du hip-hop mainstream ou de la street-music.

E-Fav: C’est toujours la même chose : la drogue, les putes, tuer des gens…

Ilajide: J’ai pas de problèmes avec la street-music, j’aime bien l’album de 50 cent «Get rich or Die Tryin’». Nous écoutons tous de la Street-music, mais tous les beats sont pareils et ils crient dans leur micro… «I Boss Up !»…ça c’est un truc typique de Detroit (rires).

©Toma Abuzz

Groovy Brain : J’écoute beaucoup d’artistes de Detroit comme Nametag, Black Milk, J.Dilla ou encore Leaf Erikson … qu’est ce qui rend le hip-hop de Detroit si spécial ? 

Noveliss : «Shout out to Leaf» c’est notre pote, il est hyper cool. Il nous a aidé pour la soirée de lancement de notre premier album. Il like nos posts et nous supporte sur Facebook, c’est un bon gars.

E-Fav: Tout cette musique vient de notre âme, on aime notre ville. La radio ne fait pas attention à nous, mais on s’en fout, car le monde nous écoute. On a faim ! C’est vraiment une ville détruite qui te donne envie de t’en sortir, et d’avoir une vie meilleure. Toutes ces expériences de la vie sont dans notre musique,  les beats lourds, les paroles agressives…«People in Detroit got that soul» (désolée c’était mieux en anglais) et nous crions dans le micro pour que vous entendiez ce que nous avons à dire. Nous venons d’une ville où nous n’avons pas beaucoup de choses et nous nous efforçons de survivre.

Groovy Brain: Comment la situation économique de Détroit a influencé l’écriture de «Gold PP7s» ?

L.A.Z : Pas vraiment… enfin c’est sur que ça nous a influencé, car vivre ce qui se passe là-bas fait partie de notre vie, mais nous n’allons pas nous mettre à chanter « Oh la vie est dure »…bla bla bla. C’est un frein certes, mais nous avons choisi de ne pas se concentrer sur ça, et voir les choses en grand ! Nous sommes à Paris, on va pas se focaliser sur ce qui se passe à Détroit et rester négatifs, il faut voir les choses autrement et donner l’exemple.

Ilajide: Ça m’inspire  également, car si je n’avais pas grandi dans cet environnement, je ne serai pas là. Donc j’essaye de rendre positives toutes ces choses négatives, il faut que je me barre d’ici, il faut que je continue à travailler…et c’est comme ça que je crée tous mes beats.

Clear Soul Forces – Gold PP7s by FatBeats Records

Groovy Brain: Maintenant que vous voyagez et traversez l’Europe, êtes vous au courant de ce qui se passe sur la scène européenne ou la scène française ? 

Noveliss: Oui on était à Orléans il y a quelques jours, je n’avais jamais entendu de rap français auparavant, et on a rencontré Astronote (Forty Five Trio). Je comprends pas ce qu’il dit mais je comprends son flow et c’est ouf.

Ilajide: Exact. Je ne comprends pas tout ce que je sample, mais j’aime beaucoup sampler des artistes étrangers, j’écoute les chansons, je les chante, mais je ne comprend rien. C’est universel, je sample ce son ici à Detroit, j’entend mon son à Paris, et ils chantent nos morceaux…c’est fou ! La musique est vraiment le langage le plus universel.

Merci aux membres de Clear Soul Forces, Wrung Division et Toma Abuzz pour les photos, écoutez l’interview intégrale sur notre compte Soundcloud !

Written by Estelle

Community Manager dans le menswear. Passionnée par la culture Hip-Hop. Danseuse à mes heures perdues et sosie de Beyoncé de dos, dans le noir. J’aime la musique , les Pringles originals, le Fanta à l’orange, les burgers, le nougat, le pecorino... et la série Berverly Hills (sauf Kelly Taylor) !

  • Leaf Erikson

    Proud of those cats. Keep doin’ it CSF. DETROIT!

    • http://www.groovybrain.fr/ Groovy Brain

      Hip Hop from Detroit is so good!