• Home  /
  • Musique   /
  • Groovy Interview // Illa J. (FR/EN)
Groovy Interview // Illa J. (FR/EN) Illa J Full view

Groovy Interview // Illa J. (FR/EN)

Dernière interview de l’année, découvrez notre rencontre avec Illa J, petite frère de J Dilla. Pendant son passage à Paris en novembre dernier., l’illustratrice parisienne Bachi lui a posé quelques questions sur sa tournée européenne et son nouvel album éponyme. Regardez ci-dessous l’interview et la traduction en français. Bonne soirée !

Groovy Brain Interview – Illa J from Groovy Brain on Vimeo.

Groovy Brain : Merci d’avoir accepté l’interview, comment vas-tu ?
Illa J: Ça va merci, j’ai fait quelques concerts en Pologne, et je me suis un peu reposé.

GRBR: En ce moment tu es en tournée européenne pour ton nouvel album, comment ça se passe ?  
Illa J: C’est une bonne tournée, les meilleurs shows étaient à Bruxelles et en Pologne. Spécialement à Bruxelles c’était merveilleux, l’énergie était si positive.

GRBR: Ta carrière a pris un autre tournant et tu es puys concentré sur tes projets solo et notamment ton nouvel album. Peux-tu nous en dire plus ?
Illa J: Cet album est une réelle déclaration. Je dois me représenter en tant qu’artiste solo, il a pas mal de choses étranges reliées à mon nom. Même si c’est mon album c’est la perception de mon album et des beats réalisés par mon frère et moi et de rapper dessus, ce projet est vraiment une chance pour moi de montrer aux gens ce que je peux faire. Je suis un parolier tout d’abord ensuite un rappeur. J’aime faire du Hip-Hop et j’aime aussi faire d’autres genres de musique comme du Funk comme tu peux l’entendre dan « Funky ». La chanson « sunflower » est plus de la House musique. Je pense que je chanterai plus dans mes futures chansons parce que je suis un chanteur avant tout mais j’ai plus été amené à rapper et je pense renverser cela en chantant plus dans mes futures projets.

GRBR: Comment la scène européenne réagit à cet album ?
Illa J: J’ai été bien vraiment reçu, je n’avais pas d’attentes particulières autour de ce projet. J’étais plus enthousiaste du fait que les gens l ’écoutent, je n’ai pas fait de projet solo depuis un moment et je souhaitais me réintroduire d’une bonne manière. La réception est incroyable et tout l’amour que je reçois en plus de ce que j’ai déjà et que je n’attendais pas me réjouit.

GRBR: Quelles sont tes inspirations quand tu crées un son ou des paroles ?

Illa J: Ça dépend de qui me vient en premier mais la plupart du temps, c’est la musique (la mélodie) qui me vient en premier. J’essaie de comprendre ce qu’elle signifie vraiment et de créer mes mélodies, harmonies et rythmes. Parfois ce sont les percussions qui me viennent en premier et j’essaie de les coordonner toutes ensemble. La plupart du temps ce sont les mélodies qui me viennent en premier.

GRBR: Peux-tu nous parler de ton top Five d’artistes du moment ?

Illa J: En ce moment, dans le désordre, je dirai Azealia Banks, elle est vraiment talentueuse, elle rappe et chante également, elle est talentueuse dans différents domaines. Tinashe, elle est bourrée de talent, elle a une sorte de voix suave et douce, elle rappe et c’est une danseuse. J’aime aussi Paramore et leur album self-titled, quand j’étais dans l’avion j’ai commencé à l’écouter et je me suis dit « j’aime vraiment leur musique ». Alors ça fait trois…(je ne sais pas) est vraiment mon artiste du moment. Mon cinquième artiste est Marina and the Diamonds sa musique est si originale, c’est juste elle, quand tu l’entends tu la reconnais tout de suite. Son dernier album sonne comme de la pop music des années 80, elle a rapporté de la fraîcheur.

GRBR: Depuis 2014 tu es parti à Montréal et tu as collaboré avec des artistes comme Kaytranada, Moka Only. Que penses-tu de la scène Montréalaise ?
Illa J: Il y a beaucoup de sons à Montréal et de producteurs, comme Potatohead qui a produit l’album et Kaytranada qui co-produit une chanson, qui est un producteur remarquable. Il m’a envoyé d’autres beats et je vais travailler avec lui sur de nouveaux projets. Et je vais faire ce EP avec ce producteur canadien (ne sait pas). Il y a beaucoup de producteurs et c’est cool, (louis peas) un autre producteur, un rappeur de Montréal qui vient initialement de Vancouver, c’est un gars très talentueux. Montréal est une scène intéressante avec de la musique électro et c’est un bon lieu pour y faire de la musique.

GRBR: Quelles sont tes autres actualités ?
Illa J: Je suis supposé revenir, j’ai commencé ma tournée à Zurich, Bruxelles, Bern, Katowice en Pologne, Cracovie, et il y a deux shows en Italie et je dois revenir à Paris probablement en Février. Je suis vraiment enthousiaste quant aux tournées parce que l’énergie que je reçois est énorme et chaleureuse. Je suis impatient de revenir à Paris pour ressentir ça.

GRBR: Si tu n’étais pas un artiste, que serais-tu ?
Illa J: Je serai un joueur de basket-ball professionnel ou je ferai de la musique. Je choisirai la musique, je me verrai bien en joueur de Basketball si j’étais à fond. Je me vois aussi acteur, j’ai toujours voulu le faire et je peux toujours jouer la comédie peut être plus tard dans ma carrière. J’ai beaucoup de musique à faire donc on verra après. Ce que j’aime c’est incarner des différents personnages, j’aime les films et j’en regarde beaucoup, je pourrai en regarder tout le temps.

Written by Estelle

Community Manager dans le menswear. Passionnée par la culture Hip-Hop. Danseuse à mes heures perdues et sosie de Beyoncé de dos, dans le noir. J’aime la musique , les Pringles originals, le Fanta à l’orange, les burgers, le nougat, le pecorino... et la série Berverly Hills (sauf Kelly Taylor) !