• Home  /
  • Musique   /
  • Groovy Interview : Marcus Beatmaker
Groovy Interview : Marcus Beatmaker marcus 1 Full view

Groovy Interview : Marcus Beatmaker

Chez Groovy Brain on aime bien la  bonne musique et découvrir de nouveaux artistes. Aujourd’hui nous vous présentons Marcus, un jeune beatmaker prodige de 21 ans originaire du 77, signé chez Frenesik le label de Rim’K et Sony Music. découvrez son interview ci-dessous !

1) GB : Salut Marcus, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Marcus : Je m’appelle Marcus, j’ai 21 ans, je suis un jeune compositeur de la scène hip hop, j’ai récemment signé chez Frenesik le label de Rim’k et aussi chez Sony Music, et je suis originaire du 77 !

2) GB : Pourquoi avoir choisi le blaze « Marcus » ?

Marcus : Ce nom est venu naturellement car il a toujours été mon surnom, je l’ai donc gardé pour comme nom d’artiste pour qu’on puisse me reconnaître facilement !

3) GB : Comment t’es venu cette passion pour la composition?

Marcus : Ma passion pour la composition a commencé avec la musique Dancehall à l’âge de 9 ans j’étais un fanatique des Riddims de Don Corleone, Lenky, Christopher Birch etc… J’étais émerveillé par l’univers, les thématiques qu’ils pouvaient mettre dans leurs compositions, j’ai été bercé dans ce milieu et c’est tout naturellement que mon envie de découvrir les coulisses du monde de la musique est apparue.

Le beatmaking a commencé lorsque mon oncle m’a offert un logiciel de musique Ejay 4,  à l’âge de 11 ans, j’ai donc commencé à faire mes premiers sons dessus, c’était simple d’usage et sympathique pour débuter, et j’ai pu faire poser quelques artistes de mon quartier.

Plus tard j’ai utilisé le logiciel Fruity Loops qui était d’un autre niveau mais toujours facile d’usage avec lequel on peut faire beaucoup, avec peu de moyen, ce qui était mon cas à l’époque car je composais sans clavier maître .

J’ai pu passer à un autre niveau lorsque ma mère offert mon premier synthétiseur pour noël, et aujourd’hui je compose avec Logic qui est le logiciel avec lequel je me sens le plus à l’aise car je peux aller plus loin dans mes compostions et dans ma recherche artistique.

4) GB : À part le beatmaking, as-tu d’autres passions dans la vie?

Marcus :  Le cinéma, le football (le PSG) et les voyages. J’adore découvrir le monde c’est très enrichissant et ça permet de découvrir d’autres cultures, paysages, j’aime beaucoup New-York j’y vais régulièrement…

5) GB : Comment es-tu arrivé au Hip Hop ?

Marcus : Mes grands frères écoutaient beaucoup de Rap à la maison Hip Hop US/ FR., c’est notre oncle (I.W) qui nous a transmis sa passion du Hip Hop, donc j’ai grandi avec du Wu tang Clan, 2Pac, Jay-Z, Nas, EPMD, Mobb Deep, B.I.G, Onyx, Dr dre et dans la scène française 113, Ideal J, Karlito, Booba, Mafia K’1 Fry, Differant Teep…

Le premier album de Rap que j’ai découvert c’est 113 – Princes de la Ville je devais avoir 7-8 ans, j’étais traumatisé par les sons et jusqu’à maintenant je l’écoute ! J’ai eu un coup de cœur pour ce mouvement.

J’ai beaucoup été influencé par Dr Dre, comme beaucoup dans le milieu du beatmaking c’est une légende vivante, c’est le « Quincy Jones du Hip-Hop ».

Sinon j’étais un fan de Michael Jackson (d’ailleurs je le suis toujours autant) et de son compositeur (Quincy Jones). DJ Mehdi pour ses compositions magiques qui ont bercé mon enfance, et bien sur les musiques antillaises (Zouk, Soca, Kompa, Dancehall) m’ont beaucoup bercé dans mon enfance comme Kassav,Jean Michel Rotin…car mes parents en écoutaient tous les jours donc ça m’a inconsciemment influencé .Néanmoins j’aime aussi beaucoup la Funk et L’électro.

GB : Signer pour une grande maison de disque à 21 ans c’est une grand expérience, comment ça s’est déroulé ?

Marcus: Cela a commencé avec l’émergence des Myspaces quand j’avais 15 ans, j’envoyais des mails à pleins d’artistes US & FR, Manu Key en faisait parti et il m’avait répondu, le timing tombait bien car il préparait son collector (un album regroupant ses meilleurs sons) il m’a donc demandé des sons pour son projet, je lui en ai passé et j’ai terminé dans son projet, ce fût mon premier placement commercial.Je suis donc resté en contact avec lui, par la suite, j’ai rejoint son équipe Cardiak Music.

De mon coté je bossais un projet avec un groupe de mon secteur la GET7, j’avais réalisé la totalité du projet, près d’une quinzaine de titres mais malheureusement le projet n’est jamais sorti.J’ai aussi fait un EP avec Lunikar qui était un très bon ami d’enfance mais nous nous étions perdus de vue car il avait déménagé dans le 94 et grâce à Facebook on s’est retrouvés.

Nous avions la musique comme passion lui était chanteur, moi beatmaker, on a donc décidé de faire un projet en commun intitulé « Leygo » notre titre phare fut « People Enemy » qui a même été en rotation sur Génération 88.2 ce qui fut énorme pour nous car on a vraiment réalisé ce projet avec peu de moyen.

Ensuite un beau jour j’ai reçu un sms de Manu Key me disant que Rim’k voulait me rencontrer pour écouter mes sons au vue d’une possible signature dans son label, et de préparer 20 sons, pour demain 11h (à Paris). Il était minuit et j’étais à 600 km de Paris, en gros j’ai pas dormi, j’étais excité et stressé à la fois… Le lendemain (je n’avais pas dormi bien sur) je me retrouvais devant Rim’k qui était dans les finitions de son album « Chef de Famille », j’étais impressionné bien sur car j’ai grandi en écoutant ses sons.

J’ai commencé à faire écouter mes sons tous styles confondus, c’était prévu pour une vingtaine de sons, au final je lui ai fait écouté mes 200 sons, je suis resté 4 heures au studio ! Il a beaucoup aimé ma polyvalence et j’ai donc rejoint plus tard son équipe Frenesik et par la suite Sony Music ça reste de très bons souvenirs.

 

YouTube: please specify correct url

6) GB : À quel moment tu composes ?

Marcus : Je compose quasiment tous les jours, enfin quand l’inspiration est là, mais ça va elle est souvent présente (Rires).Par moment je me force pour en avoir, car on a rien sans rien. Il m’arrive de composer tous types de son, du Rap en passant par le RNB puis la Dancehall et l’electro…

Il est important d’être polyvalent pour moi, dès mes débuts je me suis mis aucune limits et grâce à Rim’k qui me dit de me lâcher dans la composition et de faire ce que j’aime, j’éprouve encore plus de plaisir à composer.

7) GB : Avec quels artistes as-tu déjà travaillé ?

Marcus : Avec pas mal d’ artistes comme Sean Chris, Manu Key, Rim’k, Disiz, Keh Mey, Ron Brice, KFC, Jacob, Lunikar, Malone et Young Chang MC.

8) GB : Quels sont les projets à venir ?

Marcus : Je suis actuellement sur le prochain projet de Rim’k, je produis une bonne partie de l’album. Il y a aussi la Mafia K’1 Fry qui se prépare dont j’ai placé quelques sons, ensuite le 113 va surement revenir.

«MAGIC» un projet en hommage à Dj Mehdi sur lequel j’ai collaboré avec Disiz sur un son, j’ai produit un artiste rap aussi du 78 Jacob qui va arriver.J’espère aussi re-collaborer avec Sean Chris car c’est un artiste que j’aime beaucoup et avec qui je pourrais développer ma touche artistique R&B encore +
Ensuite des projets avec des artistes antillais !

9) GB : Un petit mot pour la fin Marcus ?

Marcus: Merci à vous, à toi Estelle, pour cette interview j’espère qu’elle ne sera pas trop ennuyante (Rires !).

Une dédicace pour la place de la musique mon quartier, à mon grand frère « Le Chabinos » (qui m’accompagne souvent dans mes séances studios nocturnes sur Paris, malgré son emploi du temps de ministre) et à ma Famille qui me supporte énormément ! L’histoire continue…One Love, Peace !

Découvrez ses productions via ses chaînes YouTube et SoundCloud !

Written by Estelle

Community Manager dans le menswear. Passionnée par la culture Hip-Hop. Danseuse à mes heures perdues et sosie de Beyoncé de dos, dans le noir. J’aime la musique , les Pringles originals, le Fanta à l’orange, les burgers, le nougat, le pecorino... et la série Berverly Hills (sauf Kelly Taylor) !