• Home  /
  • Sport   /
  • MVP Ranking #1 : Qui mène la danse après un mois de compétition ?
MVP Ranking #1 : Qui mène la danse après un mois de compétition ? LeBron MVP 2013 Full view

MVP Ranking #1 : Qui mène la danse après un mois de compétition ?

Avant-propos : on ne se moque pas de l’étrange tête de LeBron james sur cette photo. Bon ok, on peut, mais pas trop quand même.

Le premier mois de cette nouvelle saison NBA 2013-2014 vient de se conclure, l’heure pour nous de dresser un premier bilan des joueurs qui ont marqué ce retour à la compétition avec notre premier MVP  Ranking de la saison. Attention, la NBA est affaire de passion,  de cœur et d’émotion, ce classement reflètera donc à la fois la réalité statistique du parquet, mais aussi l’analyse subjective (de mauvaise foi ?) de votre humble rédacteur ! N’hésitez pas à nous faire part de vos analyses en commentaire !

     1. Kevin Durant (28,3 pts, 8,1 rbs, 5,5 pds / match) – OKC Thunder (12 victoires – 3 défaites)

Le joueur qui nous a fait la plus grosse impression sur ce mois de novembre en NBA. Sortir des stats plus impressionnantes que celles de James, il faut être capable de le faire.

On sent KD motivé comme jamais cette année. Les playoffs ratés de l’an dernier sont oubliés, et le retour de Westbrook fait un bien fou à cette équipe du Thunder. Durant, bien que disposant d’un sacré corps de lâche, montre qu’il est de plus en plus difficile de le stopper, comme en témoigne ses dernières sorties (triple-double, buzzer-beater…) . Si en plus il se met à défendre et distiller des caviars… La couronne de James est plus que jamais menacée !

YouTube: please specify correct url

 

     2. Chris Paul (19 pts, 5 rbs, 12,2 pds / match) – LA Clippers (12 victoires – 6 défaites)

Les Clippers nous doivent une revanche. Eblouissants l’an dernier en saison régulière, ils s’étaient fait laminer dès les playoffs arrivés par les Grizzlies de Gasol et Randolph. Chris Paul l’a bien compris, et nous prouve dès ce premier mois de compétition,’il faudra compter avec ses soldats parmi les équipes à suivre cette saison. Paul, non content d’avoir battu le record de double-double de Magic Johnson pilote parfaitement le squad des Clippers, avec des stats de patron, des paniers de folie, un niveau de jeu ahurissant, et des mooves humilants pour ses adversaires. Si il continue sur ce rythme, il faudra très certainement acheter une fierté a de nombreux joueurs NBA d’ici avril

YouTube: please specify correct url

 

     3. Paul George (23,8 pts, 6,1 rbs, 3,4 pds / match) – Indiana Pacers (16 victoires – 1 défaite)

Paul George, dont nous vous parlions ici il y’a quelques semaines, évolue sur une autre planète cette saison. Si ses statistiques n’ont au final rien d’exceptionnel, George s’impose véritablement comme le leader technique et le vrai patron de la meilleure équipe en NBA actuellement. Il prend les gros shoots quand ils sont nécessaires, gère le tempo en attaque, et se dépouille en défense comme personne. Si il maintient ce rythme toute l’année, et si les Pacers demeurent injouables comme c’est aujourd’hui le cas, tout est possible. Comme en plus il sait se motiver quand nécessaire, pour sagouiner ses concurrents…

YouTube: please specify correct url

 

     4. LeBron James (26,2 pts, 5,8 rbs, 6,3 pds / match) – Miami Heat (14 victoires – 3 défaites)

On en parle peu, et pourtant LeBron James est déjà dans notre classement avec des stats toujours monstrueuses. Le King joue à un niveau toujours constant, et donne l’impression de ne jamais avoir à forcer son talent. Jugez par vous même, 26 pts par match à 60% aux shoots et 50% à 3 points. Dos au panier, James est une machine de guerre. Inutile de dire qu’il est injouable. Si en plus d’être aussi balèze qu’un Navy Seal, James devient maintenant aussi précis qu’un Sniper, il risque d’être difficile (oui, c’est un euphémisme) de le stopper

YouTube: please specify correct url

 

La lutte pour la récompense suprême est lancée.

NB : Le mois de décembre nous réserve de très belles surprises, avec un Pacers-Thunder dimanche 8, un Heat-Pacers le 10, un Spurs-Clippers le 16. Les boss vont enfin pouvoir en découdre

Written by Matthieu

Nourri à la balle orange, élevé à la Black Music, amateur de bons mots, de bière et de petits pas synchronisés. Passionné par le basket, les 33 tours et la compléxité humaine.