• Home  /
  • Musique   /
  • NBA // Que retenir du premier mois de la saison 2015-2016 ?
NBA // Que retenir du premier mois de la saison 2015-2016 ? kobe retires Full view

NBA // Que retenir du premier mois de la saison 2015-2016 ?

La saison NBA a repris depuis un mois, et déja, nous livre quelques enseignements. Voici les quatre faits marquants de ce premier mois de basket US :

1- Stephen Curry, c’est plus fort que NBA 2k16

Prenez n’importe quel match de Stephen Curry depuis le début de la saison.

Imaginez maintenant que ce match soit une partie de NBA 2k16, et que Stephen Curry soit contrôlé par votre pote, accessoirement votre adversaire donc.

Il y a fort à parier que votre manette ainsi que votre amitié ait volée en éclats devant la performance encore hors du commun du MVP 2015 que réalisera votre désormais ex-ami, tranquillement calé dans votre canapé.

Et bien dites vous que cette sensation désagréable, les adversaires du meneur de jeu la vivent depuis plus d’un mois.

Depuis la reprise, Stephen Curry semble encore plus irréel, encore plus injouable et encore plus inhumain qu’il ne l’était l’an dernier.

Dribbles, shoots, pénétrations, le meneur des Warriors réussit tout ce qu’il tente avec une facilité déroutante. C’est bien simple, depuis le début de la saison, ses statistiques individuelles sont les meilleures jamais vues depuis un certain Michael Jordan.

Et même quand il se foire, il finit toujours par humilier son adversaire direct dans une sorte d’attentat à la dignité. Fiché S.

 

 

2- Les Warriors vont-ils exploser le record des Bulls ?

 

72 victoires pour 10 défaites. C’est le record de victoires en saison régulière pour une franchise NBA détenu actuellement par les Bulls de 1996.Actuellement, car cette année, ce record a de très fortes chances de tomber, tant les Warriors sont sur une autre planète depuis le début de la saison.

18 victoires, aucune défaite, la formule pour faire tomber les champions en titre n’a pas encore été trouvée, et plus les matchs passent, plus on se dit qu’elle n’existe en plus probablement pas !

Outre Curry, déja en train de faire de la place dans son armoire pour y ranger son futur second trophée de MVP, c’est l’ensemble de l’effectif qui a progressé depuis juin dernier : Green & Barnes s’affirment comme de vrais stars NBA, Thompson, Bogut, Iguodala pourraient être franchise-players dans bon nombre d’équipes et le coaching de Luke Walton en l’absence de Steve Kerr est plus que parfait.

Bref, non seulement battre les Warriors cette année sera une vraie mission, mais on risque en plus de voir des records qu’on pensait imbattables voler en éclats.

 

3- La nouvelle génération chasse l’ancienne.

 

La promotion de la draft 2015 était annoncée par beaucoup de spécialistes comme étant du niveau des mythiques drafts 2003 et 1996.

Pour le moment, les rookies ne déçoivent pas, et répondent même bien au delà des espérances, en ayant soi pris les rennes de leur équipe, soit en étant de véritables showmen pour leurs supporters.

Karl Anthony Towns, le numéro de la draft s’éclate dans l’effectif de jeunots des Wolves, tout en étant couvé par Kevin Garnett (on peut difficilement faire mieux en matière de modèle)

Jahlil Okafor est le seul rayon de soleil des 76ers, et ses stats tout comme ses burnes sont déjà impressionnantes, en témoigne sa performance XXL face à Dirk Nowitzki, plus tout jeune, mais toujours prompt à dézinguer du jeunot.

Enfin, la surprise et la grosse hype de ce début de saison, c’est bien Kristaps Porzingis, le Letton au blaze de dingue, pourtant hué à la draft, a fait taire toutes les critiques, et est devenu en l’espace de quelques matchs, le chouchou du Madison Square Garden et le sparring partner privilégié de Carmelo Anthony qui se remettrait presque à rêver d’exploits en play-offs. Oui, presque, n’allons pas trop loin non plus.

krispas

Mention honorable à Stanley Johnson, Emmanuel Mudiay, Justise Winslow qui ont parfaitement intégré la rotation de leurs équipes, et ont su se rendre indispensables en à peine un mois. Bref, la NBA des années 90 et même 2000 semble en passe d’être dépassée…

4- La dernière de Kobe Bryant

Il a annoncé hier ce que beaucoup pressentaient déja. Oui, cette saison sera bien la dernière de Kobe Bryant, qui joue donc ses dernières partitions sous le maillot des Lakers.

Qu’on l’aime ou le déteste, Kobe Bryant aura marqué la NBA de son empreinte. 5 titres NBA, 1 titre de MVP, et près de 20 ans d’actions et de performances toutes plus incroyables les unes que les autres.

Si sa dernière saison ressemble à un chemin de croix et est indigne de son talent, l’annonce de sa retraite est elle, majestueuse, à la hauteur du personnage qu’il est : l’un des plus grands joueurs de l’histoire de la NBA. :

Dans le très respecté Players Tribune, le joueur prend la plume pour déclamer en quelques versets son amour pour le basketball.

Ca file des frissons tant c’est beau et sincère.
A lire avec un cigare ou un bon single malt.

Tu vas nous manquer champion.

Written by Matthieu

Nourri à la balle orange, élevé à la Black Music, amateur de bons mots, de bière et de petits pas synchronisés. Passionné par le basket, les 33 tours et la compléxité humaine.