• Home  /
  • Sport   /
  • NBA : rien ne va plus à New York City
NBA : rien ne va plus à New York City Nets lose Full view

NBA : rien ne va plus à New York City

Attendues comme deux outsiders dans la lutte pour le titre à l’Est, les deux équipes New Yorkaises sont complètement à la ramasse en ce début de saison.

Brooklyn Nets : Jason Kidd trop nul ?

Oui, le constat est un peu brutal, d’autant plus qu’on parle là du meneur de jeu le plus intelligent de ces 15 dernières années en NBA, mais force est de constater que le début de saison des Nets de Brooklyn, malgré les ambitions annoncées en début de saison, sent un peu le sapin.

Pourtants auteurs du recrutement phare de l’été, on le rappelle, les vétérans Jason Terry, Kevin Garnett et Paul Pierce de Boston, Andrei Kirilenko des Wolves, couplé à des joueurs (très) talentueux comme Deron Williams, Joe Johnson ou Brooke Lopez, les Nets  devaient être l’épouvantail de l’Est.

10 défaites en 14 matchs plus tard, le constat est amer, Brooklyn n’y arrive pas. La faute à qui ? Aux articulations usées des papis C’s, loins de leur niveau annoncé ? A Jason Kidd, qui, s’il pouvait distiller caviar sur caviar même à des cancres comme Kenyon Martin, ne serait pas capable de gérer un effectif riche mais sans doute gonflé à l’égo ? Sans doute un peu et rien de tout ça.

Au vrai, on a envie d’être tolérant avec cette équipe de Brooklyn. Les joueurs ne jouent ensemble que depuis quelques mois, aussi, les automatismes doivent encore être trouvés.

Les débuts en tant que coach de Jason Kidd sont sans doute plus difficiles que prévu, mais le grand leader qu’il a été devrait pouvoir redresser la barre, et permettre à son équipe d’enfin lancer sa saison.

Et puis, si ça ne se passait toujours pas comme prévu, comptons sur KG et Paul Pierce pour pousser un bon coup de gueule des familles, pour le meilleur comme pour le pire. Car, aussi pourri soit le départ des Nets, les playoffs ne sont pour l’instant qu’à deux potentielles victoires (Washington, 8e en est à 6 victoires pour 8 défaites). De quoi espérer de jours meilleurs du côté du Barclay’s Center

Chance de voir les playoffs : 50% – Oui, soyons optimistes, autant de All-Stars ne peuvent pas servir un basket aussi ringard toute l’année !

La question qui tue : Jason Kidd passera-t-il l’hiver ?

 

New York Knicks : y’a-t-il un pilote dans l’avion ?

 Pour les Knicks, le mal est plus profond. L’entente entre les joueurs semble proche du néant, le madison Square Garden, pourtant prompt à défendre ses joueurs paraît exténué, et les leaders sont aux abonnés absents. L’effectif a pourtant été renforcé cet été avec l’arrivée du warrior Metta World Peace (ne cherche pas, tu ne peux pas teste ce nom), et le retour de Stoudemire, libéré de ses pépins physiques.
A la reprise, on sentait une vraie envie de poursuivre ensemble la bonne saison dernière (éliminés vaillamment en play-offs face aux gladiateurs d’Indiana). Un mois plus tard, le constat est calamiteux. 3 victoires en 13 matchs et un collectif inexistant, qui se repose uniquement sur le talent de Carmelo Anthony (26 pts à 42% de réussite et 10 rebonds par match) malheureusement trop souvent branché sur courant alternatif.

Knicks lose

Comment permettre aux Knicks de retrouver un semblant de crédibilité, de fond de jeu et d’honneur ?

Mettre dehors les joueurs trop couteux et peu rentables (Smith, Stoudemire, Chandler) ? Difficile, vu leur niveau et leur salaire, personne ne misera un dollar sur eux. Tanker sa saison  et espérer un bon choix de draft en 2014 ? Intolérable pour l’exigeant public new-yorkais, qui n’acceptera pas une équipe qui perd délibérément ses matchs. A New-York, le combat, plus qu’un devoir, est un art de vivre.

En bref, Mike Woodson, le coach à la pilosité faciale le plus improbable de l’univers a un très lourde tâche qui l’attend : faire de cet ensemble de solistes, une équipe qui regarde vers  le même avenir… Pas gagné !

Chance de voir les play-offs : 30% – l’impression globale dégagée par les Knicks n’incite vraiment pas à la confiance et à l’espoir. Après, un miracle peut toujours arriver. Il vaudrait mieux pour eux !

La question qui tue : Quelle équipe est encore assez stupide pour penser gagner un titre avec Carmelo Anthony dans son effectif ?

Written by Matthieu

Nourri à la balle orange, élevé à la Black Music, amateur de bons mots, de bière et de petits pas synchronisés. Passionné par le basket, les 33 tours et la compléxité humaine.