• Home  /
  • Musique   /
  • On a interviewé August Alsina !
On a interviewé August Alsina ! August Alsina Full view

On a interviewé August Alsina !

Demain 15 avril, sortira le premier album d’August Alsina « Testimony ». Nous l’avions rencontré lors de son premier passage dans la capitale pour sa tournée européenne et son premier showcase parisien.

Mais avant voici 5 infos clés  sur l’artiste, pour ceux qui n’ont pas encore découvert l’étoile montante du R’n’B game :

  1. Il est signé chez Radio Killa Records (label de The Dream) et Def Jam Recordings
  2. Il a été découvert grâce à ses covers sur Youtube. Il a publié sa 1ere vidéo à 14ans
  3. Il a déjà 5 mixtapes à son actifs : Untitled, The Product, August Alsina University, Throwback, The Product 2
  4. Son grand-frère est mort assassiné.
  5. Son 1er EP « Downtown : Life Under The Gun » a fait un carton avec des morceau comme « I Luv This Shit » en feat avec Trinidads James.

Découvrez  l’interview intégrale sur notre compte soundcloud.

Groovy Brain : J’ai lu que c’est Lauryn dans Sister Act II qui t’a poussé à te lancer dans la chanson ? Est-ce vrai ?

August Alsina : Oui. Je devais avoir 14 par là. Ca reste encore aujourd’hui un de mes films préférés. Je regardais Sister Act II, j’ai entendu Lauryn et je me suis dit « C’est ça que je veux faire ! ». Et depuis j’ai commencé à chanter sans jamais m’arrêter…

Groovy Brain : Et tu l’as déjà rencontré ? T’as eu l’occasion de le lui dire ?

August Alsina : Non je n’ai jamais rencontré Lauryn Hill. D’ailleurs, on est-ce qu’on rencontre Lauryn Hill ?! Parce que j’en sais rien. Mais si et quand je la rencontrerais je lui dirais sans aucun doute.

G.B : Tu as eu des moments difficiles dans ta vie et tu en parles pas mal dans ta musique, dans « Hell on Earth » ou encore « Make it Home ». Tu as des chansons très personnelles. Est-ce qu’on peut dire que la musique t’a aidé à t’en sortir ?

A.A: Pas mal de gens disent ce genre de trucs et ça semble cliché, mais pour moi c’est vraiment le cas. Si je ne m’étais pas mis à la musique, qui sait où je serai. Je parle beaucoup de mon histoire. Tu peux inspirer/ influencer quelqu’un d’autre par ton histoire. Tu sais jamais combien de gens dans le monde peuvent s’y reconnaître. Je raconte juste ce qu’il en est.

G.B : T’as pas l’air d’être ce chanteur de R’n’B « typique », qui parle de meufs, de relations de couple, du fait qu’il soit le bon mec. Comment décrirais-tu ta musique ?

A.A : Honnête, juste la vérité. J’aimerai pouvoir te dire que tous les gars sont fidèles à leurs meufs, ou que la vie consiste à baiser, mais c’est faux. Je vis la vraie vie. J’ai une vraie famille, toujours coincée dans leur lutte. Alors je ne sais pas de quoi parler d’autre à part de ça. Et j’en parlerai probablement jusqu’à ce que les choses aillent mieux, j’imagine…

G.B : Quelles sont tes influences ?

A.A : Je suis inspiré par pas mal de choses dans la vie. Le fait d’être à Paris aujourd’hui, c’est ma première fois ici, c’est une inspiration. Aujourd’hui je me sens pas bien, je suis malade comme un chien, mais je continue. Je pense à mes nièces. Je dois m’assurer qu’elles soient bien. Je suis capable de me surpasser, bosser comme un fou à m’en tuer juste avec cette motivation.

 Tu peux t’attendre à vraiment me découvrir sur différents niveaux. Tu n’en sauras probablement jamais autant sur aucun autre artiste.

G.B : Ton premier singe « I Luv this Shit » est un franc succès, il a été n°1 et diffusé sur toutes les radios. Comment vis-tu cet intérêt soudain ?

A.A : C’est cool ! C’est une bénédiction, mais j’ai encore tellement de choses à faire. Pas mal de gens deviennent n°1. Non en fait pas tant que…je retire ça. Mais certains artistes sont n°1 et après on entend plus parler d’eux, ils disparaissent de la surface de la Terre. Et tous ces gens qui te suivaient n’en ont plus rien à foutre de toi. Je me fais pas avoir par la célébrité. Tu vois, je continue à bosser.

YouTube: please specify correct url

G.B : J’imagine que tu as réalisé un de tes rêves, c’est quoi la suite pour toi ?

A.A : J’en sais rien. J’ai encore plein de trucs à faire et plein de choses que j’aimerai faire. Mais pour l’instant, je vais me concentrer sur l’album. C’est mon principal objectif. Je veux m’assurer que les gens kiffent ce qu’ils écoutent.

G.B : Tu viens de dévoiler la pochette de ton 1er album « Testimony » qui sortira le 15 Avril, date qui est aussi celle de l’anniversaire de ton frère. À quoi cet album va t-il ressembler ? A quoi pouvons-nous nous attendre ?

A.A : Beaucoup de vérité. Tu peux t’attendre à vraiment me découvrir sur différents niveaux. Tu n’en sauras probablement jamais autant sur aucun autre artiste, parce que personne n’aime dévoiler ses problèmes au grand jour. Mais, je me dis pourquoi pas, après tout ça fait parti de mon histoire et c’est mon histoire que je raconte.

Et souvent, les gens sont inspirés par le témoignage, l’histoire de quelqu’un d’autre. C’est vraiment mon but. Je veux laisser ma trace dans les esprits, les cœurs des gens pour qu’ils puissent à leur tour illuminer les autres.

G.B : En plus du featuring avec Jeezy, as-tu d’autres collaborations sur ton album ?

A.A : Oui, j’ai pas mal d’artistes différents. Mais je voulais surtout m’assurer que les gens m’entendent moi et me comprennent. Je voulais pas faire des feats, qui finalement n’apporteraient rien de plus à mes morceaux. Très souvent les gens font ça. Ils se raccrochent à quelqu’un à cause de son nom, mais je veux montrer que je peux faire les choses par moi-même. On a Jeezy, Rick Ross, Fabolous. Je suis en tournée avec 2Chainz, Pusha T en ce moment. J’ai un couplet de Pusha T.

G.B : Tu es en tournée en ce moment. Tu es déjà passé par l’ Angleterre, l’Allemagne et maintenant la France… Tu découvres tes fans et certains te découvrent également, comment les as-tu trouvés ?

A.A : C’était ouf en Allemagne. C’est ma grande première à l’étranger, alors je m’attendais vraiment pas à recevoir autant. Les gens chantaient mes chansons, chantaient dans une langue dans laquelle ils ne peuvent même pas tenir une conversation. C’est vraiment spécial.

G.B : Ce soir tu seras en showcase ce soir à Paris. A quoi le public français peut-il s’attendre ce soir ?

A.A : Ce soir ce sera dans un club. Les clubs c’est toujours un peu différent. Ça va dépendre de la vibe. J’ai jamais été en club à Paris, alors je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Mais je vais tout simplement faire ce que je sais faire.

Benediction ft. Rick Ross, 1er extrait de l’album « Testimony »

YouTube: please specify correct url

Pour info, l’album est déjà en pré-commande sur iTunes.

Written by Jacyra

Passionnée de musique, communication, culture urbaine et web. Stalkeuse professionnelle, je suis incollable sur tous les gossips, clashes… 90’s addict, je me transforme en états-unienne quand j’en ai l’occasion !