• Home  /
  • Musique   /
  • Pourquoi « Forest Hills Drive » est le meilleur album de J.Cole ?
Pourquoi « Forest Hills Drive » est le meilleur album de J.Cole ? forest hill drive Full view

Pourquoi « Forest Hills Drive » est le meilleur album de J.Cole ?

« Forest Hills Drive », voici un album que j’attendais avec impatience ! Le troisième opus de J.Cole est sorti il y a deux jours et crée déjà la polémique. Après avoir vendu plus de 600 000 copies de « Born Sinner » aux USA, le protégé de Jay-Z ne compte pas s’arrêter là.

Avec son côté marginal loin des strass et paillettes, le jeune rappeur aborde parfaitement les thèmes de l’enfance, sa relation avec les filles, sa vision du monde…une sorte de témoignage sur sa vie. En 13 titres , on découvre qui est réellement J. Cole. Contrairement à son dernier album, « Forest Hills Drive » est un projet plus personnel, en effet le titre de l’album signifie l’adresse où il a grandi à Fayatteville en Caroline du Nord.

À première écoute de l’intro,  on entre d’emblée dans l’univers personnel du rappeur. « Dou you wanna be happy, free…? », J Cole nous invite à découvrir toutes les étapes qui l’ont amené à devenir l’artiste qu’il est aujourd’hui.  Artistiquement, on sent que le travail a été plus que fait, il n’y a aucun featuring sur l’album. En effet,  il ne s’agit pas d’un projet promotionnel, J.Cole nous ouvre les portes de son intimité.

Proche de « Good Kid, M.A.A.D City » de Kendrick Lamar (sans Backseat Freestyle),  cet album manie parfaitement l’art du story telling. En effet le rappeur nous raconte son histoire, par laquelle chacun peut s’identifier.  Avec des morceaux comme « Wet Dreamz » où il nous raconte ses galères avec les filles ou encore « O3 Adolescence », sur  sa vie dans la street et comment la street a voulu une meilleure vie pour lui. J Cole permet à chacun de vivre son histoire, qui est au finale l’histoire de chaque homme de sa génération.

On découvre également des morceaux plus « bangers » comme « A Tale Of Two Citiez ». Une instru très old school qui nous rappelle l’univers de Wu Tang et par son flow se rapproche de « Worst Behaviour » de Drizzy. « Handz In The Air Now », eh oui dès les premières notes de ce morceau, on a juste envie de bouger la tête en arrière et balancer les mains en l’air.

À côté« G.O.M.D »  (Get Off My D***) est de loin un des meilleurs morceaux de l’album, l’instru est juste excellente avec des drums entraînants. Une instru ??? Ce morceau a au moins 4 instrus différentes ! On ne sait pas où J Cole souhaite nous entraîner… En soirée peut-être ? Vous voyez ce genre de soirée interdite dans un garage dans le fin fond de Forest Hills. Moi j’y vais sans hésiter et tout d’un coup j’entend un  gros « To The Window, To The Wall » qui sort de nulle part. J’ai l’impression d’être au lycée en sautant dans tous les sens sur la piste de danse. Un univers un peu psychédélique, j’ai l’impression qu’il nous laisse pas le temps d’apprécier chaque partie du morceau, il aborde tellement de sujets en même que j’ai l’impression de le suivre en courant et d’être limite essoufflée à la fin du morceau, sans comprendre au final ce qu’il souhaite me dire ! « G.O.M.D » paraît que comme le récit d’une soirée d’un Jermaine bourré, fatigué des bitchs qui l’entourent, avec quelques phases de lucidité où il va prendre l’air pour réfléchir et finalement  rejoint ses potes dans la soirée.

J’allais oublier « Fire Squad » ! Mon morceau préféré de par son instru et ses rimes détonantes,  ce titre est aussi celui qui crée la polémique aujourd’hui. On connait le côté très engagé de J. Cole sur la condition des noirs aux USA. Sur ce morceau il nous parle de la « white gentrification » dans le Hip-Hop, ou comment les artistes blancs s’approprient la culture musicale noire et mentionne des artistes comme Macklemore, Eminem, Iggy Azalea ou encore Justin Timberlake… Mais il ne fait que plaisanter…ou pas (un moment il faut assumer Jermaine) !

History repeats itself and that’s just how it goes. Same way that these rappers always bite each others flows. Same thing that my nigga Elvis did with Rock n Roll. Justin Timberlake, Eminem, and then Macklemore. While silly niggas argue over who gone snatch the crown. Look around my nigga white people have snatched the sound. This year I’ll prolly go to the awards dappered down. Watch Iggy win a Grammy as I try to crack a smile. I’m just playin’, but all good jokes contain true shit !

Ce que j’aime beaucoup dans cet album est qu’il alterne parfaitement des morceaux plus chill, parfois chantés, à des instrus plus entraînantes, avec des paroles conscientes…surtout sur l’Amérique d’aujourd’hui. Artistiquement, c’est selon moi le meilleur album de J.Cole, mais aussi un des meilleurs albums rap de l’année 2014. Ça me redonne le sourire, car avec cet album on termine bien l’année. « Forest Hills Drive » est ce que le Rap US avait besoin aujourd’hui !

Written by Estelle

Community Manager dans le menswear. Passionnée par la culture Hip-Hop. Danseuse à mes heures perdues et sosie de Beyoncé de dos, dans le noir. J’aime la musique , les Pringles originals, le Fanta à l’orange, les burgers, le nougat, le pecorino... et la série Berverly Hills (sauf Kelly Taylor) !