• Home  /
  • Sport   /
  • Preview NBA 2013-2014 : les autres prétendants au titre
Preview NBA 2013-2014 : les autres prétendants au titre DerrickRose Full view

Preview NBA 2013-2014 : les autres prétendants au titre

Mains moites, gorge sèche, jambes lourdes et angoisses nocturnes… Ca y’est, vous avez choppé une bonne maladie à peine le temps rafraichi ! Ce n’est ni tout à fait exact, ni tout à fait faux. Vous êtes atteints d’un virus, certes, mais pas n’importe lequel : Le virus NBA 14 ! Votre corps le sait, votre cerveau le sait, ils s’y préparent ; mardi, la saison NBA 2013/2014 démarre enfin !

Ci-dessous, nous allons vous livrer les clés pour bien comprendre les enjeux de cette saison, avec comme d’habitude, un zeste de mauvaise foi, et une pincée de subjectivité.

Après les favoris aux titres, découvrez ici les autres prétendants au trône suprême :

1. Chicago Bulls

Les Bulls s’apprêtent à vivre leur début de saison le plus excitant depuis très longtemps. En effet, après plus d’un an d’absence, Derrick Rose, MVP 2011 et joueur le plus frissonnant de la NBA va enfin effectuer son retour sur les parquets américains. Suffisant pour compter Chicago parmi les prétendants légitimes au titre ? Oui et non, car si Derrick Rose revient, les Bulls ont en revanche perdu Richard Hamilton, Marco Belinelli, mais aussi et surtout, Kryptonate Robinson, qui aurait été un parfait back-up à D-Rose.

Le Cinq majeur des Bulls a cependant une sacré gueule, et devrait inquiéter n’importe quelle équipe : Rose – Butler – Deng – Boozer – Noah, auxquels s’ajoutent un banc solide, un cœur à toute épreuve (cf les séries face à Brooklyn et Miami) et un coach parmi les plus respectés de la League. Le Taureau sortira-t-il les cornes dès cette année ?

Derrick Rose, MVP 2011 va enfin effectuer son retour sur les parquets américains. Suffisant pour compter Chicago parmi les prétendants légitimes au titre ?

Le scénario rêvé : Derrick Rose tient parole, et est plus fort encore qu’avant sa blessure, inutile de dire qu’il est injouable. En playoffs, les grandes gueules Boozer et Noah font péter un plomb à James et compagnie à coup de trashtalk vintage. En Finals, D-Rose s’amuse de Chris Paul et humilie Griffin et Jordan à coups de dunks rageurs. Pippen et Jordan, le vrai,  sourient. Ils ont enfin un successeur.

 

2. Los Angeles Clippers

Si l’exercice 2012-2013 a été mitigé (56 victoires en saison mais une élimination au premier tour des playoffs), la rentrée s’annonce ambitieuse pour les Clippers. Chris Paul et Blake Griffin sont toujours là, les recrues sont séduisantes (JJ Redick, Jared Dudley, Darren Collison….) et le nouveau coach, mythique. Doc Rivers, puisque c’est de lui dont on parle, veut faire de sa nouvelle équipe, un champion en puissance. Difficile de lui donner tort, tant l’effectif de LA semble fort dans tous les secteurs de jeu. A la folie offensive de l’équipe (Paul, Griffin, Jordan, Jamison, Crawford), Doc Rivers apportera sa science du jeu et de la défense.

Qu’on se le dise, les Clippers ne comptent pas rater une deuxième saison d’affilée, et se voient bien coiffer tout le monde sur le poteau en juin prochain.

Le scénario rêvé : L’alchimie folie offensive – rigueur défensive prônée par Doc Rivers est un succès, Chris Paul s’amuse de tous les meneurs face à lui, DeAndre Jordan contre tout ce qui peut être contré. Quand à Blake Griffin, il concrétise le rêve de millions de fans de basket en effectuant son dunk-viol annuel en pleines NBA Finals sur la tronche de LeBron James. #haterz

brooklyn-nets-pierce-garnett-kirilenko

3. Brooklyn Nets

Le recrutement phare de cet été : les Nets ont fait venir de Boston les papis flingueurs Kevin Garnett, Paul Pierce et Jason Terry pour aller chercher le titre, et ont offert au meilleur meneur de ces 15 dernières années (Jason Kidd) sa première pige en tant que coach. Ajoutez à cela un Deron Williams revenchard, un Joe Johnson libéré du poids trop lourd des responsabilités offensives, un secteur intérieur très solide, une ligne défensive dissuasive (Garnett, Evans, Kirilenko), un banc très correct et vous obtenez une équipe capable d’aller chatouiller les favoris à l’Est.

Cela passera par la préservation des vieilles articulations des vétérans de Boston, une bonne alchimie entre les différentes stars et un gros boulot de la part de Jason Kidd pour sa première année à la tête de Brooklyn. On attend avec impatience de voir !

Le scénario rêvé : L’entente entre joueurs se passe à merveille, Deron Williams a effacé le traumatisme du contre de Griffin, Joe Johnson joue maintenant sans pression (merci Paul Pierce), désormais sur le banc, Garnett peut harceler et insulter tous ses adversaires sans se fatiguer. En Finals, face à San Antonio, Jason Kidd décide de rechausser ses sneakers, et venge l’affront de 2003, quand il avait perdu avec New Jersey face à Tony Parker et ses Spurs. La boucle est bouclée.

 

4. Oklahoma City Thunder

La blessure de Westbrook en playoffs l’année dernière avait terriblement handicapé le Thunder, qui s’était fait laminer par les Spurs en quatre petits matchs. Cet intersaison, c’est le sixième homme, Kevin Martin, qui n’a jamais vraiment réussi à remplacer James Harden qui est parti cet été sans que personne ne vienne le remplacer. Le Thunder apparaît donc affaibli en cette reprise. Mais ce serait mal connaître le caractère de ses deux leaders, Kevin Durant et Russell Westbrook, dont l’expérience accumulée finira bien par payer. Si les deux hommes sont au top de leur forme, que Serge Ibaka continue sa progression, que les jeunes (Jackson, Lamb…) se hissent au niveau, alors le Thunder peut faire très mal et pourquoi pas, se positionner pour le titre.

Et puis, une équipe qui a dans ses rangs Kevin Durant ne peut qu’être prétendante au sacre…

Le scénario rêvé : Kevin Durant en mode MVP est au four, au moulin, en attaque en défense. Westbrook, assagi par sa blessure, franchit enfin un cap décisif. Les anciens, Fisher et Collison en tête apportent toute leur roublardise pour éliminer Spurs et Clippers sur la route des Finals.  Enfin, Serge Ibaka révèle qu’il n’est ni vraiment Espagnol, ni n’a vraiment 24 ans. Etrangement, tout le monde s’en doutait.

 

5. Mention honorable :

  • Golden State Warriors, et son effectif de cyborgs (Curry, Iguodala, Lee, Bogut, Barnes, Thomson)
  • Houston et son Big Three low cost (Harden – Howard – Lin)
  • Denver et ses sans grades revanchards (moins Iguodala, plus Nate Robinson)

Alors, selon vous, qui finira champion cette année ?

Written by Matthieu

Nourri à la balle orange, élevé à la Black Music, amateur de bons mots, de bière et de petits pas synchronisés. Passionné par le basket, les 33 tours et la compléxité humaine.