• Home  /
  • Sport   /
  • Preview NBA 2013-2014 : les favoris au titre
Preview NBA 2013-2014 : les favoris au titre PaulGeorge Full view

Preview NBA 2013-2014 : les favoris au titre

Mains moites, gorge sèche, jambes lourdes et angoisses nocturnes… Ca y’est, vous avez choppé une bonne maladie à peine le temps rafraichi ! Ce n’est ni tout à fait exact, ni tout à fait faux. Vous êtes atteints d’un virus, certes, mais pas n’importe lequel : Le virus NBA 14 ! Votre corps le sait, votre cerveau le sait, ils s’y préparent ; mardi, la saison NBA 2013/2014 démarre enfin !

Ci-dessous, nous allons vous livrer les clés pour bien comprendre les enjeux de cette saison, avec comme d’habitude, un zeste de mauvaise foi, et une pincée de subjectivité.

La chasse au Heat est ouverte !

Les favoris pour le titre

1. Miami Heat :

Ce n’est une surprise pour personne, le Heat est favori à sa propre succession. Double champion en titre, le Heat vise un Threepeat que personne n’a réussi depuis les Lakers de Shaq et Kobe entre 2000 et 2002.

Le Heat a conservé la majorité de son effectif, ne perdant que Mike Miller (dont le rôle en playoffs avait été important), et recrutant deux recrues aussi incertaines qu’attrayantes : Greg « Grand Corps Malade » Oden et Michael « Weed Life » Beasley. Si les pépins physiques épargnent le premier, et les problèmes mentaux le second, alors Miami sera plus qu’armé pour conserver son titre. Avec un James toujours plus monstrueux, un Wade qu’on espère de retour au top, et un pléiade de joueurs aux talents complémentaires, dur de dire qui pourra s’opposer au Heat cette année.

le Heat vise un Threepeat que personne n’a réussi depuis les Lakers de Shaq et Kobe entre 2000 et 2002.

Le scénario rêvé: Miami écrase tout sur son passage, James braque un cinquième titre de MVP, Wade claque poster dunk sur poster dunk… Et Ray Allen marque encore à trois points. Il le fera toujours à 70 ans. Même dans le noir.

2. San Antonio Spurs

Inutile de dire que les dernières secondes du match 6 restent encore en travers de la gorge des Spurs. Etre passé si près du titre a sans doute laissé des traces dans l’esprit des joueurs, mais l’effectif de Poppovich est expérimenté et obsédé par la victoire. Nul doute que l’équipe sera cette année plus forte encore que l’année dernière. Duncan, Parker, Ginobili savent qu’il s’agit d’une de leur dernière chance d’être champions, et insufflerons leur hargne au reste de l’équipe, les seconds couteaux (Green, Splitter, Leonard) sont affutés et revanchards, les recrues sont malines : Marco Belinelli et Jeff Pendergraph, soit un shooteur soyeux et un boucher sans pitié. Qu’on se le dise, les Spurs seront encore très durs à prendre à l’ouest… Avant d’essayer de viser plus haut ?

Duncan, Parker, Ginobili savent qu’il s’agit d’une de leur dernière chance d’être champions

Le scénario rêvé : Kwahi Leonard confirme ses Finals 2013 et explose pour de bon, Parker, El Manu et Duncan laissent les plus jeunes flamber, jouent aux cartes sur le banc, et cassent tout en Playoffs. Quand à Boris Diaw, son fessier est toujours aussi impressionnant. Son palmarès aussi.

 

3. Indiana Pacers

Les Pacers sont l’équipe qui monte à l’Est. Après avoir poussé le Heat dans ses derniers retranchements lors des Finales de Conférence Est l’an dernier, Indiana est affamé pour cette nouvelle saison : Paul George en leader technique,  devra confirmer ses monstrueux playoffs 2013, David West et Roy Hibbert composent une raquette infranchissable et le banc compte de bons joueurs de devoir (Scola, Copeland, Butler, Mahinmi…). Pas de doute, les Pacers s’appuieront une fois de plus sur leurs points forts : grosse défense, grosse intensité, gros biceps et grosses voix.

L’objectif de Larry Bird est clair, il veut la chute du Heat, et la peau de LeBron James.

Le scénario rêvé : Danny Granger et Paul George s’entendent à merveille, ça canarde, ça dunke, ça effraye tout le monde, la grosse défense des Pacers torture le Heat en playoffs qui craque en sept matchs. Derrière, Indiana s’amuse des papis Spurs en quatre petites rencontres. Larry Bird est un sacré redneck. Peut-être, mais un redneck avec quatre titres.

LeBron-James-Funny-Face-Videobomb

LeBron James chambreur. Venez le chercher.

A lire aussiles autres prétendants au titre

 

Written by Matthieu

Nourri à la balle orange, élevé à la Black Music, amateur de bons mots, de bière et de petits pas synchronisés. Passionné par le basket, les 33 tours et la compléxité humaine.