• Home  /
  • Interviews   /
  • Groovy interview: Stripes ! Une marque sortie tout droit de prison
Groovy interview: Stripes ! Une marque sortie tout droit de prison resizedimage Full view

Groovy interview: Stripes ! Une marque sortie tout droit de prison

Tout juste après vous avoir baigné dans l’univers des prisons avec la marque Stripes, on vous y replonge la tête la première. Cette fois-ci on entre dans les coulisses de cette marque avec une interview de la team made in jail.

Découvrez l’histoire de ces jeunes passionnés de streetwear qui ont donné le jour à un projet innovant qui allie une conviction sociale à un Swag assuré…. offre-vous donc une visite guidée en prison avec Stripes !

Groovy Brain : Commençons par le commencement ! Peux-tu nous parler de la genèse de Stripes et  de sa création ?

Stripes: Stripes  est une toute jeune marque de streetwear basée sur Rotterdam, elle a été créée en 2012 par 2 frères (Roy & Sascha) et leur meilleur ami (Dave).

Ils voulaient créer une marque avec un concept original dans le but de se différencier des nombreuses marques de streetwear. Le père de Dave qui travaille dans une prison, leur a soufflé l’idée de faire des t-shirts « Made in Prison ». Emballés par le projet et l’aspect social de celui-ci, les 3 jeunes adultes ont créer une marque avec un slogan « Made in Prison Inspired by freedom » et une idée précise: donner une seconde chance à ces hommes et faire prendre conscience aux clients de l’importance d’être libre.

GB : Votre mode de production est tout de même original, peux-tu nous en dire un peu plus à ce sujet ?

ST: La justice néerlandaise a depuis peu multiplié les projets de réinsertions dans ses prisons. Le concept de Stripes de faire des vêtements « Made in Prison » a été vraiment salué par les autorités. Nous avons donc facilement pu convaincre deux prisons. Une prison faisant la sérigraphie ( à Utrecht) et une autre prison spécialisé dans la couture (à Breda).

2013-07-11_151226

GB : Etes-vous vous même régulièrement en prison. N’avez-vous jamais eu de problèmes avec les prisonniers ?

ST: Nous allons une fois par semaine dans ses prisons pour récupérer les t-shirts. Il arrive de temps à autre que le travail ne soit pas correctement réalisé, nous allons donc voir les dirigeants des prisons afin de bien expliquer ce que l’on veut. Mais après quelques semaines et de l’expérience acquises, les problèmes s’estompent et les prisonniers réalisent un travail de bonne qualité.
Leur but est de travailler, d’échanger avec des prisonniers qui voient en cette tâche, une opportunité. Ces derniers sont réceptifs car ils savent que cela peut leur apporter.

resizedimage (1)

GB : Les dirigeants des prisons sont-ils assez réceptifs à votre concept ? Se lance-t-il facilement dans l’aventure Stripes ?

ST: Dans les prisons, il y a deux dirigeants qui s’occupent de la gestion de la production. Dans celle d’Utrecht, il y a un ancien salarié d’une entreprise de sérigraphie, il n’est donc pas là seulement pour surveiller les prisonniers mais aussi pour leur donner des conseils.

GB : Votre système de production est implanté dans combien de pays pour le moment ?

ST: Comme je l’ai dit précédemment notre production est basée sur deux prisons, (Utrecht & Breda) …Cependant nous recherchons de nouvelles prisons européennes afin d’étendre le concept et permette à un maximum de prisonniers d’acquérir de nouvelles compétences et de pouvoir plus facilement se réintégrer dans la société.

GB: Parlons un peu produit ! Vous proposez essentiellement des T-shirts actuellement, avez-vous l’intention de développer plus de gamme ?

ST: Dans la première collection, nous avons proposé à nos clients essentiellement des t-shirts car nous voulions familiariser les prisonniers à ce type de couture.
Les prisonniers ont pu constater avec la création des t-shirts à poche que coudre n’était pas une chose facile. Mais petit à petit, ils ont su grâce à cette première étape gagner en expérience et acquérir de réelles compétences…pour la prochaine collection des hoodies 100% prisons vont voir le jour, cela demandera plus de travail, plus de concentration pour ces prisonniers, nous voulons travailler avec eux étapes par étapes ! Nous avons aussi le projet de faire des casquettes et des beanies en collaboration avec une autre prison , je peux déjà vous dire que la qualité sera une nouvelle fois au rendez-vous.

resizedimage (2)

GB : Avez-vous une collection spécifique qui va voir le jour pour l’hiver 2014 ?

ST: Une nouvelle collection va voir le jour d’ici peu, collection avec des design plus mature plus travaillés. La ligne aura un style plus obscure également, une collection made in prison qui tiendra à coup sur toute ses promesses !

GB: Le mot de la fin … !

ST: Vous pouvez retrouver très prochainement nos vêtements en France au magasin Preview (Poitiers) et à Sirocco Shop (La Rochelle). Le rappeur Lomepal va porter dans son prochain clip, un t-shirt de la marque. Après s’être imposé au Pays-Bas, Stripes comptent bien propager son histoire en France et dans toute l’Europe.

En plus de notre collection classique nous avons aussi une ligne ( la collection « Conscience » ) où les prisonniers peuvent laisser exprimer leur créativité. Nous avons mis en place un concours dans une prison néerlandaise, les prisonniers devaient illustrer leur ressenti sur la vie en cellule.

La meilleure illustration a été imprimé sur T-shirt , celui-ci est disponible sur notre site boutique online. http://stripesclothing.com/shop/conscience/
L’ensemble des bénéfices de cette ligne sont reversés à une association qui favorise à la réinsertion des prisonniers dans la société.

Aujourd’hui on cherche de nouvelles prisons souhaitant participer à ce concours !

 

Merci à toute l’équipe de Stripes pour cette interview, on espère encore entendre parler de vous sous peu…

 

Stripes…Inspired by freedom !

Site: http://stripesclothing.com/

Facebook: https://www.facebook.com/StripesClothing

Tumblr: http://stripes-clothing.tumblr.com/

Instagram: http://instagram.com/stripesclothing

 

Written by Estelle

Community Manager dans le menswear. Passionnée par la culture Hip-Hop. Danseuse à mes heures perdues et sosie de Beyoncé de dos, dans le noir. J’aime la musique , les Pringles originals, le Fanta à l’orange, les burgers, le nougat, le pecorino... et la série Berverly Hills (sauf Kelly Taylor) !