• Home  /
  • Musique   /
  • Top 5 : Ces rappeurs et groupes de Brooklyn sur le point d’exploser
Top 5 : Ces rappeurs et groupes de Brooklyn sur le point d’exploser NittyScottMC Full view

Top 5 : Ces rappeurs et groupes de Brooklyn sur le point d’exploser

« Sometimes I feel like my only friend, is the city I live in, is the beautiful Brooklyn » chantait en 1999 Mos Def dans sa chanson éponyme Brooklyn.

Brooklyn, on le sait, a toujours été l’un des quartiers les plus prolifiques de New York en termes de rappeurs de génie (Biggie, ODB, Jay-Z, Big Daddy Kane ou Talib Kweli pour n’en citer que quelques uns).

Aujourd’hui, en 2013, sur la scène rap Brooklynite, on assiste à l’avènement d’une génération de rappeurs terriblement talentueuse : la fameuse Beast Coast.

Ces rappeurs, proches du mouvement Boom-Bap des années 90 font revivre, à travers leurs textes, leurs flows et leurs productions, l’âge d’or du hip-hop New Yorkais, tout en lui injectant une touche de modernité très 2.0.

Leurs têtes d’affiches sont ce bon vieux Joey Bada$$ (18 ans à peine, rappelons le quand même !) et son crew Pro Era, et The Underachievers, qui étaient de passage à Paris pour le Be Street Wknd.

Derrière ces locomotives se cachent d’autres têtes, talentueuses, productives encore parfois encore méconnus.

Voici notre classement des dernières pépites sorties des blocks de BK et qui vont tout casser d’ici demain !

 

5. Flatbush Zombies

Probablement les plus célèbres derrière Pro Era et The Underachievers. Assurément les plus chelous et les plus tarés !

Gavé de weed, d’alcool et de drogues de synthèse en tout genre, le trio livre un rap possédé, mais ô combien ciselé par des flows dérangés et des productions percutantes. Flatbush Zombies, c’est un rap qui ravit aussi bien stonards que puristes.

Leur dernière mixtape, BetterOffDead sortie en 2013 est un condensé du talent des trois larrons. Violence et versatilité, mis au service d’une critique de l’Amérique d’aujourd’hui. L’une des grosses claques hip-hop de l’année !

YouTube: please specify correct url

 

4. DyMe-A-DuZin

L’histoire d’un précoce : à 11 ans, il écrit ses premières rimes après, dit-il, avoir été inspiré par un « rappeur gospel » dans son église. A 14, il sort son premier clip et à 19 son premier album.  Aujourd’hui, il assure les premières parties de Talib Kweli, Buckshot. Bref, à à peine plus de 20 ans, DyMe-A-DuZin, auto-surnommé « Swank Sinatra » a déjà tout d’un grand.

Un air de Black Dandy, une attache sans faille à Brooklyn (« Brooklyn made me who I am »), et une haine des hipsters qui envahissent son quartier natif de Bed-Stuy, pas de doutes, font de DyMe-A-DuZin l’un des rappeurs qu’on espère revoir plus souvent à l’avenir !

YouTube: please specify correct url

 

3. Phony Ppl

Phony Ppl est le crew de DyMe-A-Duzin dont il est finalement indissociable. Une équipe de potes d’enfance originaires de Bed-Stuy (comme The Notorious BIG) capable de jouer de la percu en live comme de produire des sons proches de ce que peuvent faire feu J. Dilla ou Madlib.

Leurs premiers albums, Phonyland et NothinG special, accessibles en téléchargement gratuit sont autant de plébiscites pour un retour au Golden Age du hip-hop, mais en y ajoutant cette touche de fraicheur que leur concède leur jeune age. DyMe et son crew, des noms dont on a pas fini d’entendre parler.

YouTube: please specify correct url

 

2. Mr. Muthaf*ckin’ eXquire

Un nom improbable, un charisme naturel, un flow à l’ancienne, des textes tantôt provocateurs, tantôt revendicatifs et du talent à revendre, Mr MFN eXquire, originaire de Crown Heights, le barrio des caribéens, est un rappeur dans la plus pure tradition de Brooklyn.

Sa dernière mixtape, Kismet, invite du très beau monde (Danny Brown, les Flatbush Zombies, Chance the Rapper ou l’immense Curtis Mayfield) et installe définitivement le rappeur comme l’une des valeurs sûres du rap de BK.

YouTube: please specify correct url

 

1. Nitty Scott MC

Mon coup de coeur personnel. Découverte en 2011 pendant les fameux BET Cyphers, avec son minois angélique et son flow démoniaque,  Nitty Scott MC, 23 ans à peine symbolise à merveille cette nouvelle génération de rappeurs de Brooklyn.

Imprégnée de culture old-school, elle a créé le mouvement Boombox Family pour « préserver et faire progresser la culture hip-hop ». Cependant, impossible de faire rentrer la belle dans l’écueil facile du « c’était mieux avant ». Son hip-hop entre boom-bap et grosses prods est tel un phénix : des cendres du golden age rap, Nitty Scott fait renaitre un hip-hop à la fois agressif et doux, insolent et enivrant.

Avec nos chouchous Dynasty, Akua Naru et Signif, Nitty Scott MC fait définitivement partie de ces femcees qui sont en train de redéfinir les standards du hip-hop. Go Brooklyn !

YouTube: please specify correct url

 

Written by Matthieu

Nourri à la balle orange, élevé à la Black Music, amateur de bons mots, de bière et de petits pas synchronisés. Passionné par le basket, les 33 tours et la compléxité humaine.